Si j’ai été convaincante dans mon précédent article, vous êtes maintenant motivé pour lancer votre blog professionnel. Pas de panique, j’ai promis de vous aider. Voici donc quelques conseils pour bien démarrer, franchir les obstacles et ne pas abandonner. A vos marques, prêt ?

Bon alors d’accord, je vais tenir un blog pro. Mais comment je fais ?

Haie n°1 : identifier ses cibles

De même qu’on ne discute pas des mêmes sujets avec sa voisine de pallier, sa meilleure amie, son banquier ou son petit garçon et qu’on n’emploiera pas le même ton avec les uns ou les autres, on n’écrit pas le même texte selon qu’on s’adresse à des consommateurs, des spécialistes qui ne vous connaissent pas, des clients habitués… Donc avant de commencer votre blog, vous devrez savoir à qui vous vous adressez. Cela vous facilitera grandement l’écriture. Peut-être n’aurez-vous pas la même cible à chaque article. En tout cas, le truc, quand vous vous apprêtez à rédiger, c’est d’imaginer une personne bien réelle représentative du groupe visé et d’écrire spécifiquement pour cette personne. C’est le meilleur moyen pour que beaucoup s’y reconnaissent.

Haie n°2 : identifier ses objectifs

Vous aurez sans doute un objectif général à tenir votre blog : générer du trafic vers votre site internet, apporter de la connaissance à vos clients potentiels ou d’autres bonnes raisons que je détaille dans mon précédent article. Mais demandez-vous quand même si cet article a des objectifs particuliers : faire découvrir un produit, vous faire connaître d’un type de public précis… ça peut toujours être utile de l’avoir en tête, ne serait-ce que pour placer quelques mots-clefs judicieux.

Haie n°3 : lister des sujets

Avant de lancer votre blog, dressez une liste de sujets qui répondent à chacun de vos objectifs. Alimentez-la à chaque fois que vous avez une nouvelle idée. Et de temps en temps, surtout si vous constatez qu’elle se tarit, prenez un moment pour l’allonger. Si vous n’avez pas en permanence des sujets d’avance, vous risquez fortement de décrocher et d’abandonner…

Vous pouvez les classer en fonction des objectifs, comme :

  • sujets qui vous donnent une position d’expert (comme pour ma part, « comment s’y prendre pour rédiger un blog »)
  • sujets qui racontent ce que vous faites et comme vous le faites bien (pas trop parce que le héros de votre blog pro, ce n'est pas vous, c'est votre lecteur... mais il peut bien vous faire une petite place de temps en temps)
  • sujets qui expliquent combien votre sujet général ou vos compétences peuvent s’adapter ou être utiles à tel ou tel profil de personnes en particulier (par exemple, j'ai publié récemment un article sur la communication des comités d'entreprise)
  • sujets d’actualité se rattachant à votre sujet général, etc.

Ces différentes familles d’articles pourront éventuellement se retrouver dans les « Catégories » de votre blog. Avez-vous remarqué que tous mes conseils de rédaction sont regroupés dans la catégorie Savoir communiquer ?

Haie n°4 : planifier les parutions

Maintenant que vous avez plein de sujets, établissez un calendrier de parution. Il est important de se fixer une fréquence raisonnable : trop fréquent et vous n’arriverez pas à vous y tenir ; pas assez et vous ne fidéliserez personne. Dans votre calendrier, veillez à alterner les sujets, les types d’articles ; tenez compte de l’actualité, anticipez les événements récurrents (que pourriez-vous écrire à l’occasion du printemps ? des vacances ? de Noël ? de la Journée de la gentillesse ? de la rentrée…).

Laissez-vous une marge de manœuvre et un peu de souplesse. Si vous avez prévu de publier toutes les semaines et qu’une semaine de temps en temps, vous ne vous y tenez pas, ça n’a rien de grave. N’en profitez pas pour abandonner !

Enfin, planifiez aussi vos temps de rédaction. Inscrivez-les noir sur blanc dans votre agenda. Donnez-leur la même importance et la même régularité que votre cours de yoga ou de tennis.

Haie n° 5 : rédiger, relire, alimenter en visuels

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous avez déjà quelques idées sur la façon de rédiger. Je ne manquerai pas de vous en apporter d’autres. Le petit truc à avoir en tête : n’essayez pas de rédiger le texte parfait dès le premier jet. Jetez vos idées sur le papier (ou plutôt sur l’écran) comme elles vous viennent. Et comme je l’ai déjà recommandé ici, attachez une importance redoutable à la relecture. Peaufinez, ciselez, ajustez…

Ajoutez au moins une photo ou une illustration pour attirer l’attention. Et pourquoi pas une vidéo. Aérez votre texte par des paragraphes, des intertitres qui relancent la lecture, un petit « chapô », c’est-à-dire, dans le jargon des rédactions, une courte introduction en gras, en début d’article, pour en annoncer la teneur et donner envie de le lire. Soignez aussi votre titre, qui doit sonner comme une promesse (de contenu), mais ne pas promettre plus que ce que vous apportez.

Et relisez encore. On ne relit jamais trop. Et trop souvent pas assez.

Haie n°6 : penser SEO

Bon, ce n’est pas ma spécialité. Mais si le référencement est un objectif important pour vous, il existe plein de blogs très sérieux qui vous conseilleront beaucoup mieux que moi. Pas la peine d’aller chercher bien loin, vous avez par exemple de fins spécialistes du côté de Brioude.

Si j’ai un conseil personnel à vous donner et si vous ne souhaitez pas passer du temps à vous documenter sur ces questions, efforcez-vous, le plus possible, de proposer des contenus originaux, utiles, de qualité. Vous aurez déjà fait beaucoup pour votre référencement. Même les spécialistes vous le disent (voir la résolution n°7 de l’article cité : ma préférée, bien sûr !).

Haie n°7 : publier et faire savoir que vous publiez

Vous voilà prêt à cliquer sur le bouton « publier ». Personnellement j’ai toujours un petit frisson à ce moment-là. C’est bon comme l’amour du travail bien fait et en même temps légèrement angoissant, comme de voir ses enfants quitter la maison pour vivre leur vie.

A ce stade, si vous avez suivi mes recommandations, vous pouvez compter sur le fidèle ami Google pour vous apporter des lecteurs au hasard des requêtes. Mais comme un blog n’est pas forcément ce qu’il y a de plus viral, vous pouvez aussi lui donner un coup de pouce. Saisissez tous les moyens à votre portée pour faire savoir que cet article existe : newsletter, réseaux sociaux, signature de vos courriels, pigeons voyageurs…

Et maintenant, sortir du stade

Vous avez franchi toutes les haies. Vous coupez la ligne d'arrivée... Ce n'est pourtant qu'un début. Maintenant, vous voilà prêt pour la course de fond. Ne vous découragez pas si c'est dur au début. Comme l'endorphine commence à vous porter après plusieurs dizaines de minutes de course, le plaisir d'écrire vous viendra dans la persévérance. Vous verrez, c'est grisant !

 

Et n'oubliez pas, je peux aussi vous aider. Détails sur mon site : www.laplumeagile.com

Retour à l'accueil