Tenir un blog professionnel vous tente, mais quand vous faites la liste des pour et celle des contre, c'est la seconde qui l'emporte. Diable !... Et si c'étaient seulement de mauvais prétextes pour remettre à plus tard un projet qui vous fait peur ? Allez, voyons ça. Examinons à la loupe sept mauvaises raisons qui freinent votre élan blogueur.

7 mauvaises raisons de ne pas tenir un blog professionnel

1.

Je n’ai pas le temps

C’est vrai, tenir un blog prend du temps. Du moins un blog de qualité qui donnera envie de le lire, de vous suivre, de s’abonner à vos publications et pour finir, de s’attacher à votre marque. Mais le temps, ça se gère. Pour publier régulièrement et dans la durée, la meilleure recette est d'établir un planning d'une part et de se réserver des créneaux pour écrire dans votre emploi du temps d'autre part. Mon prochain article devrait vous y aider.

2.

Ça ne sert à rien

Comme dit dans mon précédent article, si vous recherchez une rentabilité immédiate, vous aurez effectivement l’impression qu'un blog ne sert à rien. Par contre, il répond à plein d’autres objectifs qui pourraient vous intéresser, comme par exemple :

  • accroître votre notoriété en devenant plus visible sur internet;
  • vous faire reconnaître comme le grand expert de votre domaine d’activité;
  • vous faire apprécier des personnes qui pourraient avoir besoin de vos services, en vous rendant utile par vos conseils et informations pertinentes;
  • créer une communauté d’utilisateurs qui pourra aussi vous apporter ses retours d’expériences, avis et remarques utiles pour améliorer vos produits ou services et les rendre encore plus proches de ce que recherchent vos clients;
  • améliorer la visibilité de votre site internet en y apportant régulièrement des nouveaux contenus, ce qui fait immanquablement frétiller les moteurs de recherche.

3.

Je n’ai rien à dire

C’est ce que vous croyez… tant que vous n’aurez pas pris un moment pour réfléchir à ce que vous pourriez écrire. Alors un conseil : fermez cet ordinateur, isolez-vous dans un endroit calme et agréable et réfléchissez à tout ce dont vous êtes expert. Imaginez une conversation à bâtons rompus sur le sujet : d’abord avec quelqu’un qui ne connaît pas grand-chose au sujet ; puis avec un de vos clients ; ou avec les deux en même temps. Et listez tous les sujets que vous aborderiez. Alors, vraiment rien à dire ?

4.

Tout est sur le site internet ou sur les réseaux sociaux

Certes, sur le site internet, vous avez rassemblé l’essentiel. Mais sur le blog, vous aurez plus d’espace pour développer des sujets particuliers ou au contraire plus généraux, pour vous adresser à une catégorie plus précise de votre clientèle, pour aborder un aspect secondaire de votre savoir-faire

Le blog a aussi sa dynamique propre par rapport aux réseaux sociaux : d’une part vous pouvez vous permettre d’écrire plus long (et ça c’est excellent, pour les moteurs de recherche comme pour les internautes qui recherchent de l’information précise et pertinente sur un micro-sujet), d’autre part il a pour lui l’avantage de la durée : un article reste consultable des années après sa parution et ça, si on y réfléchit bien, ça signifie que le temps que vous y aurez passé aura été un investissement rentable sur le long terme.  

5.

Mais franchement, qui va suivre les tribulations d’un professionnel ou d’une marque ?

Dans un sens, vous avez raison. Sauf si le contenu de votre blog ne parle pas directement de vous et de vos merveilleux produits, mais de la meilleure façon de les utiliser et de tout ce à quoi pourraient s’intéresser les personnes qui les utilisent.

6.

Je ne veux pas transmettre du savoir-faire à mes potentiels clients

Déjà, ce n’est pas forcément votre savoir-faire que vous transmettez. Si votre activité consiste à fabriquer des produits ou des objets, votre blog pourra porter sur la façon de les utiliser et non sur la façon de les fabriquer. Ainsi, en rendant plus facile leur utilisation, vous renforcez l’envie de les utiliser.

Et quand bien même vous révélez un peu de votre savoir-faire, en termes de service par exemple, croyez-vous que le lecteur va devenir un expert à la hauteur de ce que vous pouvez lui offrir, vous qui faites ça au quotidien ? Ayez confiance dans vos compétences. En raconter les coulisses ne fera que confirmer votre position d’expert et votre utilité. Tout en dépannant l’internaute pressé ou fauché qui veut faire par lui-même et n’aurait de toute façon pas fait appel à vous. Autant qu’il vienne chercher l’info chez vous plutôt que chez le concurrent. Il vous en sera éventuellement reconnaissant le jour où il sera moins pressé ou moins fauché.

7.

Je ne sais pas écrire

Ah là, je vous approuve ! Je suis la première à défendre l’idée que l’écriture est une compétence et que, après tout, vous n’êtes pas obligé de détenir à vous seul toutes les compétences. Mais si vous n’êtes pas à l’aise avec le texte, considérez deux choses : peut-être trouverez-vous plus de plaisir dans d’autres modes d’expression qui ont aussi leur place dans les blogs : la vidéo, la photo, de beaux graphiques et dessins. Et sinon, pour l'écriture, faites-vous aider. Ma plume agile est là pour ça !

Convaincu ? Alors il va falloir vous atteler à cette nouvelle mission. Quelques conseils vous seront sûrement utiles. Ce sera l’objet de mon prochain article…

Retour à l'accueil