Comme je l’ai raconté dans mon précédent article, 2016 a été pour La plume agile une belle année de décollage. Elle a également été émaillée pour moi de belles aventures. Parmi les plus inattendues, mon métier m’a conduite à flâner en peignoir sur la place de Jaude ou à donner des instructions derrière une caméra… Etonnant, non ?

 

En lançant La plume agile vers la fin 2014, j’avais à peu près identifié les besoins des entreprises auxquels je pourrais apporter une valeur notable : des textes ciselés pour sites internet de grande qualité, des blogs pertinents pour attirer ou fidéliser les clients, de la prise de note efficace pour des comptes rendus d’événements ou de réunions complets, soignés et quasi-instantanés, des mots précis et simples pour faire comprendre des projets complexes… Je savais pouvoir offrir aux entreprises, collectivités, associations et autres structures de précieux savoir-faire dans ces domaines.

Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est qu’en 2016, je suis devenue scénariste. Je le dois à mes camarades d’Ekodrone, agence de communication audiovisuelle née comme La plume agile dans ce bouillon de culture entrepreneuriale qu’est Epicentre Factory, le bel espace de coworking où j’ai établi mes quartiers.

La première fois que Sébastien et Hubert m’ont sollicitée, c’était pour les besoins d’un tournage pour la petite start-up Magik Square, nos amis qui ambitionnent d'apprendre à coder aux enfants par le jeu. Raconter deux ans de cette aventure insolite et la belle équipe qui la porte en à peine 90 secondes représentait un défi pour ma plume au tempérament prolixe. Je suis très fière de ce petit bout de film, qui m’a beaucoup appris sur cette nouvelle compétence.

Depuis lors, mes collaborations avec Ekodrone se sont multipliées. Scénariser la présentation d’un produit ou d’un service est devenu un vrai plaisir. Comme par exemple pour les aides auditives du distributeur Audioboutik :

… Ou mettre en scène et en valeur les porteurs de projets innovants, comme – dans le même secteur Guillaume, créateur d’un jeu en ligne pour former les professionnels de l’audition, que j'avais déjà accompagné sur divers aspects de sa communication :

Du plaisir, j’en ai trouvé aussi beaucoup dans une commande d’un tout autre ordre, émanant du Comité d’entreprise de Michelin. Saisissant l’occasion du quatre-vingtième anniversaire des Congés payés pour mettre en valeur la conquête et l’animation du « droit aux vacances » auxquelles il s’emploie depuis plus d’un demi-siècle, le CEM a passé commande d’un petit documentaire de douze minutes qui a sollicité mes compétences premières d’historienne, pour décortiquer des archives papier et vidéo, interviewer des témoins, reconstituer l’histoire… Une histoire riche et étonnante qui raconte ceci (tiens, au passage, vous y reconnaîtrez ou découvrirez ma voix !) :

Mais le plus fou des scénarios que j’ai élaborés relève d’un projet plus vaste et d’autant plus plaisant qu’il a mis en œuvre de belles collaborations. Et beaucoup d’imagination. Il s’agissait d’abord d’un scénario global de communication, pour répondre à une commande de l’association La Route des villes d’eaux du Massif central. Mission : proposer une campagne très décalée pour rajeunir l’image des stations thermales. J’y ai travaillé avec mon camarade Sébastien Saint Martin, metteur en scène, comédien et coach. Et nous avons inventé cette idée originale des Accros du peignoir, ces personnages de plus en plus nombreux et envahissants qui se mettent à vivre une vie de « bien-être extrême », en commençant par ne plus quitter leur peignoir.

Première déclinaison : quatre scénarios d’une websérie que nous avons co-écrite et qui est en cours de tournage, toujours avec Ekodrone (c’est en jouant les figurantes du premier épisode que je me suis retrouvée à me balader en peignoir du côté de Jaude-Blatin…).

Deuxième déclinaison : la rédaction des textes d’un très loufoque « Manuel à l’usage des porteurs de peignoirs » illustré par les extraits de dix-sept carnets de voyage. Manuel et exposition inaugurés à l’occasion du Rendez-vous du Carnet de voyage en novembre.

Troisième déclinaison : un site internet ludique et labyrinthique dont la mise en ligne est prévue au printemps. C’est mon gros chantier du moment. Passer les fêtes de fin d’année en peignoir, on pourrait rêver pire…

Les bonheurs inattendus de mon métier : en novembre, participation à une conférence de presse en peignoirs, à l'occasion de la sortie du "Manuel à l'usage des porteurs de peignoirs".

Les bonheurs inattendus de mon métier : en novembre, participation à une conférence de presse en peignoirs, à l'occasion de la sortie du "Manuel à l'usage des porteurs de peignoirs".

Retour à l'accueil