A la Toussaint, parlons saints, écrivons sainA la Toussaint, parlons saints, écrivons sain
A la Toussaint, parlons saints, écrivons sainA la Toussaint, parlons saints, écrivons sain

Bulle d'orthographe - Par tous les saints du calendrier, proscrivez autant que vous pouvez l’abréviation St ! Réservez-la pour rédiger une adresse sur une enveloppe ou pour prendre des notes avec célérité. Pas plus ! Et en tout cas, au grand jamais dans un texte rédigé, pour écrire le nom d’une ville qui arbore le nom de son protecteur.

Qu’on soit ou non pétri de religion, les saints appartiennent à notre histoire. Beaucoup d’entre eux ont vécu dans ces premiers temps du christianisme qui couvrent sur notre territoire la période du Bas-Empire romain et des débuts du Moyen-Âge. Mis à part les apôtres et autres pionniers vénérés, ils sont parfois des martyrs ou des ascètes. Mais la plupart de ceux qui ont laissé leur trace dans le paysage toponymique ou le calendrier ont été des évangélisateurs, premiers évêques, missionnaires, fondateurs d’abbayes ou d’ordres monastiques. Songez qu’il a fallu une belle armada de prêcheurs avant que notre pays ne se couvre de clochers.

En ce jour où on leur rend collectivement hommage, respectons aussi leur typographie. Vous rencontrerez principalement deux cas de figures :

> Si vous évoquez le saint lui-même, vous ne mettrez ni capitale à saint, ni trait d’union.

  • L’évangélisateur de l’Auvergne, saint Austremoine, fut aussi son premier évêque.

> Si vous parlez d’un nom de lieu, d’église, de fête ou que votre saint est intégré à un nom de personne, il récupère et capitale, et trait d’union.

  • L’église Saint-Austremoine est une des cinq majeures, ces joyaux de l’art roman auvergnat.
  • Cette année, la Saint-Austremoine tombe un jeudi.
  • Le révolutionnaire Saint-Just n’aimait pas les saints, mais c’est Couthon qui fit tomber les clochers.

> Un cas à part : lorsqu'on évoque un nom de produit qui a pris le nom d'une localité, on oublie la majuscule.

  • Ce saint-émilion se marie à merveille avec le saint-nectaire.

On complètera en précisant qu’il vous faut écrire : les Lieux-Saints mais la Ville sainte.

Enfin, on ne saurait être complet sur le sujet sans mentionner les homonymes de nos chers saints :

> l’adjectif sain, de même racine que santé, ce qui vous rappellera qu’il s’orthographie avec un a ;

> le sein des femmes ;

> le seing qui prend un g comme son quasi synonyme signature ;

> et enfin un autre adjectif, ceint, qui signifie enserré et s’orthographie comme ceinture, qui est de sa famille.

 

Rendez-vous pour une nouvelle Bulle d’orthographe très bientôt, en tout cas, avant la Saint-Glinglin !

 

Et si vous avez besoin d'un texte parfait, faites appel à mes services :

WWW.LAPLUMEAGILE.COM

 

Retour à l'accueil