Sombre histoire au fond des bois

Chaque lundi, une petite "bulle d'orthographe" : on révise ou on réapprend sans douleur une petite règle de bon français. Abonnez-vous !

Imaginez une grande forêt touffue avec des arbres bien serrés les uns contre les autres. Une de nos belles forêts d’Auvergne par exemple. Son propriétaire a besoin de prélever du bois. Il a deux solutions :

  • La première : il fait couper un arbre par-ci par-là sur toute la surface de la forêt. Résultat : la coupe reste discrète, la forêt garde le même aspect, dense, uniforme et sombre. On parle donc de coupe sombre.
  • La deuxième : il délimite une petite surface de la forêt et fait couper tous les arbres qui se trouvent dans ce périmètre. Il aura changé la physionomie de la forêt et créé une clairière. C’est plus radical, plus voyant. On parle alors de coupe claire.

Au sens figuré, c’est la même chose. Si votre patron annonce qu’il va procéder à des coupes sombres dans l’effectif, en principe vous n’avez pas à vous inquiéter. Il va se contenter de favoriser le départ anticipé de quelques employés proches de la retraite. C’est seulement s’il annonce des coupes claires qu’il faut commencer à affûter votre CV…

Méfiez-vous quand même, car beaucoup de personnes, y compris peut-être votre patron, font la confusion entre ces deux expressions. Sans doute parce que l’adjectif "sombre" fait plutôt penser à quelque chose d'inquiétant qui n’augure rien de bon.

Donc, si votre patron annonce des coupes sombres, amenez-le dans une grande forêt et sommez-le de s’expliquer. Vous déciderez ensuite s’il convient ou non de lui arracher sa chemise.

Et si vous n’y arrivez pas, faites appel à mes services : www.laplumeagile.com.

Retour à l'accueil